Une approche originale: les toilettes éternelles

Dans certaines situations, la facilité d’exploitation prime sur l’économie circulaire. C’est notamment le cas des refuges de montagne, d’accès difficile. Et, dans ces situations, les toilettes éternelles peuvent être très intéressantes.

Ces toilettes fonctionnent suivant le principe suivant : le lombricompostage, mais aussi le simple compostage, génère une réduction permanente de la masse stockée, sous forme notamment de gaz.

À titre d’exemple, on peut considérer un tas dont le volume se réduit de 20 % par an, du fait du lombricompostage.

Si l’apport annuel est de 1 m3, le tas grossira vite les premières années, pour se rapprocher à terme de 5 m3 sans jamais dépasser cette valeur. En effet, 20 % de 5 m3 (la perte annuelle) représente 1 m3, soit l’apport annuel. Le tas cesse de grossir et les toilettes (qu’il n’est plus nécessaire de vider, hormis les urines) deviennent éternelles.

Pierre COLOMBOT