LE PHOSPHORE RENOUVELABLE, SUR TERRE ET LA STRUVITE OU ENCORE… COMMENT TRANSFORMER LES URINES EN "RESSOURCE"

LE PHOSPHORE RENOUVELABLE, SUR TERRE ET LA STRUVITE OU ENCORE… COMMENT TRANSFORMER LES URINES EN

Publié le Mercredi 05 octobre 2016 - Histoire

Comme le pétrole, le phosphore est une ressource tirée de la terre, et comme pour le pétrole, un jour, les mines de phosphates seront épuisées (une centaine d’années est le chiffre communément admis).

Or, le phosphore renouvelable se trouve essentiellement dans les urines animales et donc, en particulier, dans les urines humaines.
Et c’est là que la struvite intervient : il s’agit d’une molécule constituée d’un atome d’azote (N) d’un atome de phosphore (P) et d’un atome de magnésium (Mg) auxquels viennent s’agréger 6 molécules d’eau.
Cette molécule se forme spontanément dans les urines lorsque celles-ci passent de l’état acide (pH inférieur à 7) à l’état basique (pH supérieur à 7) et ce, généralement, en moins d’une heure. Mais, si les urines contiennent beaucoup d’azote et pas mal de phosphore, on y trouve peu de magnésium.
Aujourd’hui, beaucoup d’équipes de recherche dans le monde (et en particulier le centre de recherche sur l’eau « EAWAG » à Zurich, en Suisse) s’intéressent à cette filière consistant à récupérer le phosphore des urines humaines en le faisant précipiter, sous forme de struvite, par ajout de magnésium.
Ce procédé d’extraction de l’azote et du phosphore, à partir des urines, a en outre l’intérêt de « nettoyer » les urines. L’azote et le phosphore ont l’inconvénient de faciliter la prolifération des algues (eutrophisation) lorsqu’ils se retrouvent dans les eaux de surface. Un des exemples les plus parlants sont « les marées vertes » de Bretagne, en été, générées par le rejet d’excréments d’animaux d’élevage et en particulier des porcs.
Il est intéressant de préciser que l’essentiel des recherches sur la struvite a été réalisé par des chimistes français à la fin du XIXe siècle. En effet, la France régulièrement en guerre avec ses voisins, avait besoin de phosphore pour fabriquer de la poudre à canon. Mais l’approvisionnement en phosphore étant à la merci de la coupure des voies maritimes, les militaires se sont tournés vers les fosses étanches des toilettes des parisiens pour y récupérer le phosphore sous forme de struvite. Une partie de cette struvite se fixait d’ailleurs sur les parois des fosses, à la manière des dépôts de calcaire. Les ouvriers chargés du nettoyage des fosses pouvaient gratter ce dépôt et le garder pour eux. L’expression « la gratte » viendrait de cette époque.